En Attendant 2013

En Attendant 2013.

Je continue, dans la photographie, en vous offrant le lien vers le « best-of  » de l’année 2012 du monde de Fred …

Graffs in Lisboa – (01/2012) – Photos Jehanne Devautour-SimpleSpaceS©

Sélectionnés dans mes photos prises lors de mon séjour à Lisbonne (Portugal) en Janvier 2012.

Présentation d’une photographe-reporter.

Bien que ce soit les vacances pour pas mal d’entre nous, il y en a qui travaillent …

Je voudrais vous présenter une jeune photographe, récompensée par le concours de Paris Match de photographies de jeunes étudiants reporters.

Aimée BOOS, photographe-reporter

 

Même si pour moi, les médias sont un monde où il y a du tri à faire, à cause de leurs contenus pas très fiables ou par leurs attitudes de voraces informativores qui ne font rien avancer dans le monde, je reconnais que le travail de reporter-photographe est un dur métier. Parce qu’il y a beaucoup de concurrence, beaucoup d’exclu(e)s malgré leurs aptitudes, beaucoup d’exploitation de certain(e)s et pas assez de reconnaissance pour d’autres, des incompétent(e)s qui sont quand même mis(es) sur le devant de la scène grâce à des influents personnages, … bien d’injustices envers la majorité d’entre eux …

Il faut bien travailler malgré cela et garder ses convictions, ses idéaux ! et aujourd’hui, un photographe, à cause des appareils numériques, et de  la sur-information, est beaucoup moins appelé(e) pour des reportages types familiaux, de groupes, d’événements paraissant sans importance ou simplement censuré(e) car divulguant des informations gênantes …

Je donne un petit coup de pouce à cette jeune fille, car elle est volontaire: elle n’a pas eu peur de partir très jeune, seule en Inde pendant 4 mois, et dans d’autres pays pour se faire la main, et dans les conditions de vie des habitants du pays, souvent pauvres.

Elle est également très précise dans sa vision des choses, des gens, du monde. Elle est soigneuse dans les détails. Elle donne au relationnel une grande importance sur le plan professionnel comme sur le plan personnel, ouvrant tout grand son objectif pour que la lumière diffuse à travers son regard, la lumière, celle de l’intelligence, de la pensée, des actes créateurs.

Sa formation terminée, si on peut parler de finir car il y a toujours à apprendre, elle vient de mettre en ligne son site internet, qui va évoluer au fur et à mesure de ses expériences photographiques.

Elle propose ses compétences dans tous les domaines, et cherche aussi du travail collectif, c’est à dire au sein d’une équipe ayant un projet de collaboration avec un photographe. On peut faire appel à elle également pour des reportages techniques, ou pour l’élaboration de manuels techniques en photos, accompagnant des schémas, croquis.

Voici le lien vers son site, il sera de toutes manières constamment visible dans mes liens, colonne de droite.

Je vous laisse découvrir sa galerie de photos, et comment la contacter.

 

http://www.aimeeboos.com

 

 

Texte textile et diaporama lié ! (un devoir pour ma formation)

Titre de mes mini-planches-déco:

Lot Us ?

La TRI-OP(te)POSITION

Néo-nicisme

Porcelaine et Graffitis

Agri-Colors

Vers l’u-Nid Vert

En guise de préambule au devoir:

« Des fibres au fil, les liens qui tissent.

Suivez le fil, noir, rouge, vert, comme vous voulez, ils vous mèneront, tel le fil d’Ariane, au centre de ce labyrinthe dans lequel nous sommes, et même aveuglés par des miroirs, le fil, ça se tient bien dans la main, vous y arriverez, vous vous en sortirez, si vous y tenez.

Mais avant le fil, il y avait quoi ?

Les peaux, les fibres, ce dont nos ancêtres préhistoriques se paraient. La peau de l’animal devenait le vêtement de l’Homme, l’écorce végétale, les tiges, les feuilles en devenaient le revêtement. Elles servaient de protection humaine, amélioraient leurs conditions de vie, sans aucune transformation.

Remarquez comment nos liens avec les autres éléments de la nature sont tressés: comme si les uns-Hommes se fondaient avec les autres-Animaux-Végétaux, mimétisme, déguisement, c’est l’homme qui a emprunté à la nature visible et vivante, ce qui lui sert pour se protéger, être en sécurité, s’orner, directement sur sa peau, ou autour et au dessus de lui … jamais l’inverse …

Comment remercier cette nature qui nous inspire tant ?

Le fil s’est tressé beaucoup plus tard, mais est resté naturel, allant même jusqu’aux antipodes pour trouver un cousinage, d’autres peaux, d’autres fibres, différentes, d’aller à la rencontre de nouvelles matières, exotiques, enrichissant le panel des tissus par métissages.

Comment se fait-il que l’Homme occidental n’en ait pas fait de même avec les Cultures rencontrées lors de ses voyages ?

Tresser des liens nouveaux, enrichissants avec les peuples abordés, tramer un tissu collectif en croisant les cultures, gaufrer les échanges pour leurs donner de la profondeur, du relief, entremêler, insérer différentes fibres, matériaux venant toucher nos sens, tout en donnant du sens aux nouveautés. Du textile au tactile …

Comment remercier cette humanité généreuse qui tisse l’environnement collectif ?

Le fil devient alors chimique, avec l’ère du pétrole. Voulant un tissu indépendant de la nature, productrice visible et tactile, l’Homme est allé chercher dans les fossiles, dans la mémoire de la Terre pour en extraire la fibre idéale, une imitation ? qui ne s’use pas,  ne se repasse pas, ne se froisse pas … en quelque sorte, le tissu éternel ?  en prélevant un peu d’éternité à cette Mère qui nous porte ? A force de prélever de son essence, de son sang, de ses cellules, la Terre-Mère nourricière et protectrice s’essouffle, oublie ses enfants, est frappée de trous de mémoire à ciel ouvert … et devient inhumaine ! Le tissu ainsi obtenu, orphelin, est tramé de tristesse, de haine, de ressentiment envers ses parents adoptifs. Il dénoue les liens de parenté, il ne transmet plus, ne communique plus … déchet inutilisable, il ne produit pas de graines portant les gènes de sa propre vie. Du textile stérile …

Comment rapiécer les dégâts, les trous, la trame et recouvrir le sens de textile respectueux, renouvelable, innovant ?

Des hommes-femmes, couturier(es)s des lisières délaissées, inconnu(e)s chercheurs de sens, trouvent tous les jours de nouveaux textiles issus de la Nature Renouvelable, en mariant, en mixant leurs propriétés, pour engendrer des métissages heureux et bienfaisants pour l’Homme.

Comment remercier ces hommes-femmes qui s’opposent bien modestement aux racketteurs richissimes de la Terre ? Comment garder le sens de notre textile vie collective ? De la vie textile …

N’empruntons-nous pas le vocabulaire du monde du tissu pour parler de nos vies collectives ? Ce monde de mots textiles existait avant que de l’appliquer aux réseaux sociaux … Et le textile vivant (issu de la Nature Vivante et non fossilisée) existait bien avant nous, Humains, bien pauvres face aux ressources renouvelables gigantesques et naturelles de notre Terre Mère ! Gardons ce lien éternel, ce fil, ce cordon qui nous relie à Elle. Il ne s’agit pas de couper ce cordon, et de le prendre pour une passementerie ornementale, inutile. Il est celui qui nous nourrit, nous oxygène, nous abreuve, en fonction de nos besoins vitaux, pas plus, ni moins. Laissons de coté le cordon de la bourse, il ne serre qu’à froncer et fermer, pas à distribuer des bontés. Tout autant pour le cordon de sécurité qui ne filtre rien ! Le fil, même tissé, est créatif, innovant si nous ne le perdons pas !

Re-mercièrement !

 

Présentation de mon travail

J’ai écrit le texte ci-dessus, pour illustrer un article sur la communication, sur le blog d’un ami écrivain (son blog imagiter est en lien dans la colonne de droite de cette page, et ce texte est inclus dans son article intitulé : Ne pas perdre le fil du sens ?). Je n’en ai gardé que ce qui a un intérêt par rapport au travail que j’ai réalisé pour ce devoir. Mon intention, dans ce travail n’est pas de ressasser, utiliser toujours les mêmes mots, pour “désigner (design-er) une ambiance, une tendance, un style”, mais, sans avoir la prétention de révolutionner le monde de la décoration, j’ai voulu modifier mon regard, changer d’optique. La décoration, en soi, n’a pas de but, d’intérêts collectifs, alors que je recherche à renouer, à travers ce métier, avec le partage des savoir, des savoir-faire et à un agir ensemble dans l’intérêt du “collectif”, du plus bas jusqu’en haut de l’échelle sociale. Je ne vois pas ces valeurs sur le plan vertical, mais sur le plan transversal, d’ailleurs, traverser l’ailleur, cela donne bien trav-ailleur !!!

Je suis très attirée par les oeuvres d’artistes, artisans, ils ont déjà une vision du monde peu commune et une créativité développée. De plus, les peintres ou photographes, par don inné ou par leur professionnalisme, savent construire “leur tableau”, créer des harmonies de couleurs. Sans vouloir les “copier”, leurs oeuvres peuvent être sources d’inspiration. Ainsi, ai-je profité de certaines oeuvres pour créer mes planches.

Pourquoi 6 planches (et il y en a plus que d’envoyées!) au lieu de 5 demandées : quand on aime, on ne compte pas … je trouve dommage d’avoir imposé des visuels au format 15×21 cm, car les motifs de grande taille sont difficiles à trouver en photo/situation et à intégrer dans ce format/collage. Peut être, aurais-je du oser les présenter sur un format A3, et ainsi voir par planche tous les éléments s’y rattachant et des informations associées plus complètes sur les tissus.

Sur chaque planche, il y a l’oeuvre dont je me suis inspirée et le photo-montage (collage) qui en a découlé. Les échantillons de tissus sont présentés sur une cartonnette détachable de la planche pour mieux les manipuler, voire même les décoller (et recoller ?). (Les petits lacets ne sont pas là pour décorer !!!). Quant au titre, qui accompagne les détails des textiles et leurs supports, il n’est pas “une étiquette”, mais souhaite poser questions, que moi-même me suis posées dans mon rôle de décoratrice, dans ce monde, aujourd’hui.

Provenance des échantillons: ma propre collection, IDO-DIFFUSION (Dominique Chevalier), Magasins à Limoges: Touchatou, Mondial Tissus Limoges, Les Tissus d’Alfred. »

Voici un diaporama de mes planches. Vous y retrouverez les titres, le photo-collage, la source d’inspiration et les échantillons de tissus. Le descriptif bref des supports (sièges, rideaux, …), ceux des tissus et mon argumentaire sont au verso, non visibles sur la vidéo. Si quelqu’un est intéressé pour les lire, je peux les envoyer en format pdf via une adresse mail, faites vous connaître par un commentaire sous cet article. Je vous jure que cette adresse confiée à moi ne sera pas utilisée à des fins commerciales …!


Rideaux, voilages, textiles. Devoir n°2, Lignes & Formations

Le monde et la couleur !

Ils reflètent tout deux les contrastes, mais les contrastes ne s’opposent pas, ils s’accordent, ils sont harmonieux, ils sont complémentaires, simultanés, successifs, …

Ce thème était le sujet d’un des devoirs de ma formation. Dans les cours sur la couleur, on devait illustrer les 7 contrastes des couleurs. En fait, il y en a plus que ça !!!  Puisque déjà, une couleur se présente à nos yeux de différentes manières, foncée, claire, vive, saturée, soutenue, fade, éteinte, éclatante, et se décline, en rajoutant une autre ou d’autres couleurs, en une palette incroyablement gigantesque. Même les ordinateurs ne peuvent pas intégrer toutes les couleurs qui peuvent exister.

Et ce travail m’a également emportée dans une réflexion sur la diversité du monde, pas seulement la terre, mais l’univers. Ne voit-on pas de superbes couleurs dans le cosmos alors qu’il nous apparaît tout noir, depuis le sol de notre minuscule terre !

Alors, si l’on peut changer les couleurs en les mélangeant entre elles, pourquoi l’être humain, aujourd’hui, ne pourrait-il pas changer sa vision en mélangeant toutes ses bonnes idées, ses meilleurs pensées, avec tous les autres humains ?

Cela m’a rappelé une chanson qui date un peu mais que j’aime beaucoup, de David Koven : Changer d’air !

Tout défaire pour tout refaire …

La Couleur – Les 7 contrastes – Devoir n°1 – Lignes & Formations

Contraste simultané

De « La diction du dictionnaire » à « La bibliothérapie » !

Ou la bibliothèque du futur

freethewords: site de téléchargement gratuit des livres de Gun Giant

Voilà maintenant plus de un an que je corresponds avec un « collectif d’écrivains-musiciens-peintres-voyageurs » qui s’appelle Gun Giant. Nous avons échangé des textes, des lectures, des musiques, des opinions, et j’ai participé à 2 voyages.

Les voyages avec Gun Giant, ce ne sont pas des voyages clefs en main. Non, non, surtout pas. Juste un minimum d’organisation: un endroit où dormir, et les trajets A-R bien ficelés, en train, voiture, bus, avion, cela importe peu. Les repas, on improvise. Sinon, le but est de découvrir par tous les sens, l’endroit que nous visitons, les gens que nous croisons. Donc, des expériences non programmées, d’incomparables rencontres, des bains d’ambiances, des vécus impromptus, le vécu d’une ville qui se découvre, se déshabille petit à petit, notre vécu au fil de nos errances. Il est difficile de parler de ces voyages, car cela passe d’abord par « des ressentis, qui deviennent  sentis mentaux, puis sentimentaux » (citation de Gun). Mais ce sont toujours des enrichissements inestimables (non monnayables), mais si estimés, aimés.

Pour vous faire partager ce que Gun fait naître dans toute sa créativité multidisciplinaire, je pense que son livre « La diction du dictionnaire » est l’oeuvre première, une belle et gigantesque oeuvre, celle qui ouvre des chemins, qui nous montre la puissance des mots pour ceux qui font l’effort d’aller au-delà de ces mots, et de retrouver ainsi leur fabuleuse énergie : d’autres voyages à oser, avec les mots.

Oui, cette vision des mots change ma vision du monde, elle change donc mon appréhension du monde, « appréhension » n’est pas ici utilisée comme une peur du monde, de l’avenir, tout au contraire !  Elle me donne l’espoir, la conviction que le monde pourra enfin se remettre à progresser, à grandir lorsque la majorité des habitants de cette petite planète saura ré-utiliser les mots et tous leurs dérivés.

Le monde de l’image touche à sa fin, l’image manipulée, l’image imposée, celle des médias qui nous ont ôté les mots de la bouche et parlent à notre place. Une vraie révolution (r-évolution: évolution à nouveau) s’attache aux mots et non à des images, un bel exemple, le texte de la constitution, la base de toute notre démocratie. Allez y relire quelques articles, et vous vous apercevrez combien nous avons dérivé de cette direction qui donnait du sens (une direction) à nos pensées/actes d’êtres humains, Homme ou Femme.

Pour vous présenter son livre, j’ai pensé que Gun était bien mieux placé que moi pour vous en parler, voici donc une petite mise en bouche de cette oeuvre savoureuse. Vous pourrez allez  télécharger gratuitement le livre entier avec le lien que je vais vous donner à la suite. Car Gun est généreux, il ne tire aucun bénéfice des livres qu’il écrit. Ils sont gratuits, et cela, depuis de nombreuses années, bien avant que certains grands de l’édition ne proposent la même chose, mais en payant bien sûr. Sur le site « freethewords« , tout est gratuit. Le collectif Gun Giant a aussi un blog que j’ai déjà mis en lien dans mes sites préférés, dans la colonne de droite, qui s’appelle imagiter , un blog où tous les jours paraissent 3 ou 4 articles, qui vous secouent les images figées que vous avez dans la tête, et sur tous les sujets. Mais, c’est surtout un oeil nouveau sur la vie et le monde, ce sont des solutions simples et sensées que Gun nous offrent chaque jour pour nous aider, nous entre-aider à retrouver un sens, une direction à nos vies, ensemble.

Introduction à La diction du dictionnaire, de Gun Giant, par Gun Giant :

La diction du dictionnaire ? Pourquoi les découvertes s’arrêteraient en 2012 ? Pourquoi la vie cesserait de nous porter au sommet du passionnant ? Pourquoi de radicales nouveautés ne nous feraient plus vibrer ? Pourquoi notre futur serait moins intelligent que notre passé ? Etc.

C’est sûr que les réponses ne se trouvent pas chez les médias mercenaires (vendus au plus offrant – et sans garantie de probité d’information !). Mais bien plutôt chez leurs résistants.

Ainsi, « La diction du dictionnaire – ou comment rendre tous les mots physiques « . Que vous pouvez télécharger gratuitement sur le site internet gratuit freethewords.org, au titre «  La diction du dictionnaire ou comment rendre tous les mots physiques « , onglet 3.

Répond pleinement à toutes ces questions. Mais à tellement d’autres, aussi. Que c’en est, trop clairement, un nouveau paradigme.

Déjà le titre vous titille les neurones d’émerveillements répercutés. Les méthodes vont faire plus. Tellement elles s’y multiplient comme, soudain, tous les accès au futur. Le but ultime n’en est pas moins que d’aboutir au « cerveau sensualisé« …où, s’ajoute, au fonctionnement habituellement connu, que chaque pensée y soit, aussi, vivantes sensations ressenties en vous …le SENS est complètement vécu comme, tout ensemble, sensitif, sensation, sensible, sensuel et … sensé

La diction du dictionnaire…diction of dictionary, en anglais, et pareillement dans toutes les langues – devient comme l’irruption du réel tout entier dans nos vies. Et nous articulons (les mots ou les raisonnements) comme les articulations de nos corps le suggèrent. Ou nous disons, enfin, tout ce que nous pensons et ressentons – en nous  » prononçant  » de tout notre corps…oui en le formulant, énonçant, proférant, affirmant, dressés sur le moindre tendon, muscle, cellule, glande ou muscle – donc en restant, d’un bout à l’autre, si corporels…que plus un seul mot ne peut plus se montrer abstrait. Et, comme les mots semblent en savoir tellement plus que nous, ils deviennent nos guides précieux dans le moindre détail de nos vies…Etc…

Mais de le dire seulement ne doit pas éloigner des expériences prodigieuses que vous pouvez vivre en direct grâce à la diction du dictionnaire.

Evidemment, impossible à résumer !!!

Mais à vivre complètement, oui !!!

Commencez à la seconde qui seconde qui donc, à la minutie de la minute …

         ou sur l’heure qui rend heure ux !!!

****************************************************************************

Voici le lien pour aller prendre le temps de télécharger « La diction du dictionnaire« , et de lire, ensuite, à votre rythme, mais aussi de vous inviter à vivre au quotidien, ce voyage avec les mots, voyage du corps et de l’esprit enfin réconciliés: freethewords Et si vous voulez découvrir « la bibliothérapie » selon Gun Giant, voici un de ses derniers articles sur ce sujet, sur le blog imagiter. Vous en trouverez bien d’autres, tout aussi nova-teurs, re-formateurs, ex-portateurs, … Abonnez vous pour ne pas rater ces textes très aisés à lire et qui ont plus de poids et de sens que ce que l’on peut trouver dans n’importe quel autre média. C’est un espace où l’on vient se ressourcer, qui reste proche de notre quotidien, mais qui parfois nous propulse avec une force dans des formes in-sensées, la forme à l’in-térieur du sens (préfixe in) et l’inverse se vérifie aussi ! Bonne lecture à tous, et n’hésitez pas à laisser des commentaires sous les articles de Gun Giant, le collectif aime les échanges !

Lèche-vitrines ?

Pourrait-on dire que le temps est maux-roses? 

On casse plutôt la glace,

Le commerce est plutôt terne, 

Mais ne laissons pas notre humeur en berne,

A en avoir la berlue*.

Et puis, allons donc,

Et pourquoi pas la berlue ?

Comme enfants collant leurs nez

Sur la vitrine du pâtissier,

Rallumons des lumières dans nos yeux,

Même si l’on ne peut les attraper,

Elles nous feront toujours rêver!

(* La berlue : terme médical, utilisé il y a plusieurs siècles, pour définir un symptôme qui correspond à une sensation visuelle anormale avec la perception d’objets ou de lumière qu’on n’a pas réellement devant les yeux.)

Voilà, je vous emmène faire du lèche-vitrines, mais juste les lécher, on n’achète pas, on part sans la CB ni le porte-monnaie !

Quoi ? c’est dur de partir sans sa CB ? parce que lorsque vous allez au Musée, à part le « droit d’entrée » , vous payez pour regardez chacune des oeuvres d’art ? Regarder les vitrines pour y trouver un certain charme, la créativité des étalagistes, en faire une analyse sociologique, observer les tendances, étudier l’art d’harmoniser les couleurs ou celui de la débrouille, ou tout au contraire, découvrir des fouillis indescriptibles mais qui recèlent des trésors à découvrir, retrouver des agencements vieillots, surannés …

J’aime bien faire ce genre de lèche-vitrines, pas vous ?

Ces photos, je les ai faites pour un devoir pour ma formation professionnelle : photographier des vitrines, pour les analyser ensuite, en les choisissant parmi les 4 grandes familles de vitrine: de vente, d’information, à thème, de prestige. (Léchez … euh .., non, cliquez sur les devantures ci-dessous pour voir le diaporama,  … ben, euh … qu’est c’que j’dis …)

Vitrines devoir merchandising

Devantures de Provence (Photos Camille Moirenc-© editions Afitch, Graveson-2008)

Karine Mazeau

Je veux vous présenter une personne que j’aime beaucoup. Je l’ai rencontrée la première fois lors d’un stage de 2 jours, à Paris, dans le cadre de ma formation professionnelle, proposé par l’école où je suis inscrite Lignes & Formations. C’est elle qui animait ce stage. Mais je la connaissais déjà.

D’abord par le biais du site de l’école (espace « élèves »), où l’on nous signalait qu’elle avait écrit des livres pédagogiques, pouvant aider aussi bien les étudiants que les professionnels dans le renouvellement de leur créativité et la présentation de leurs projets/concepts. J’ai aussitôt acheté 2 de ses livres, dès le début de ma formation, puis 2 autres à la suite du stage.

J’ai découvert sa marque EKOKOSMOS par un concours de dessin (Au bonheur des poules : pour un élevage respectueux des poules pondeuses en France), afin d’ illustrer des carnets écolos dont une partie de la vente était reversée à la PMAF (Protection Mondiale des Animaux de Ferme). Actuellement le site de la marque est en reconstruction, mais je vous donne le lien quand même, ainsi que l’adresse du site de vente en ligne des objets Ekokosmos conçus dans un esprit écolo-rigolo (carnets à dessin, parapluies, …), en avant-première de son ouverture (pour plus tard, à suivre donc …):

EKOKOSMOS

Boutique de vente en ligne de Ekokosmos

Puis j’ai découvert son blog : Déco Design, se former, s’informer , où vous allez découvrir les informations que j’ai déjà données ci-dessus, et où Karine se présente elle-même. Ce blog est interactif avec les élèves des écoles où elle enseigne, (ou autre public intéressé par les domaines du design, de l’architecture, de la déco, …), puisqu’elle prend comme support pédagogique ses propres projets ou des réalisations d’élèves qui lui envoient leurs planches déco/tendances, leurs dessins techniques, leurs perspectives, leur choix dans les harmonies colorées, … . Elle les commente, donne des conseils, des techniques pour améliorer ces présentations, argumenter les visuels, construire des perspectives, …

En attendant l’ouverture des sites, voici des captures d’écran du site EKOKOSMOS, l’une avec le titre du site, l’autre avec des carnets à dessin illustrés par des projets de Karine Mazeau, ainsi qu’une vidéo créée pour le lancement du site de vente en ligne des objets EKOKOSMOS.

article Karine Mazeau

Logo du site EKOKOSMOS

Article Karine Mazeau

Carnets à dessin (collection Z8), Ekokosmos, Illustrations de Karine Mazeau

Je vous souhaite beaucoup de découvertes et de plaisir en compagnie de Karine Mazeau et son équipe de joyeux lurons!

Qui a dit qu’être écolo, ou designer, ou responsable de société devait être très sérieux, trop sérieux?

Harmonie

Déjà, le mot, par lui-même, est harmonieux. 

Ce H en équilibre,

Ouvre la bouche du A

Qui le suit et qui aspire l’R,

Tout en montant le son en même temps,

Et fait du toboggan sur les collines du M,

Pour redescendre au fond du O,

Et la bouche devient sourire avec le NI,

Pour finir en E muet de sérénité.

Dans ce mot, il y a tout le corps qui bouge,

Mais ne s’agite point.

Harmonie a deux vies.

Elle a sa vie propre,

Elle existe par elle-même.

Pas besoin de nous, Humains,

Pour son équilibre.

Elle se trouve partout,

Dans toutes choses ou êtres vivants.

Il faut juste savoir la trouver, la contempler.

Elle se donne à qui sait la chercher.

Elle se donne.

Un superbe cadeau qui ne tombe pas du ciel,

Un cadeau qui n’a de valeur

Que celle qu’on lui donne.

On lui donne.

C’est là que Harmonie

Vit sa deuxième vie,

Toute aussi éternelle

Que le temps,

Toute aussi éternelle

Que sa première vie.

Si l’on se donne à elle,

On est alors EN Harmonie.

Avec quoi ?, avec qui ?

Elle m’entraîne dans ses tempos, 

Danse!

Elle m’emplit le coeur, 

Plus ample!

Elle m’enveloppe de sérénité, 

Si reine!

Elle m’émerveille, 

Réveil!

Mes yeux sont éblouis,

Mes lèvres s’entre-ouvrent de gourmandise,

Mes narines aspirent ses parfums,

Mes mains caressent ses formes,

Mes oreilles vibrent à ses sons.

Je lui offre mes sens,

Et par cet échange modeste,

Je me sens bien. 

Rien de plus pour goûter

Ce bonheur d’être.

Être EN Harmonie,

Être en harmonie.

ÊTRE.

Cela paraît si simple!

Mais Harmonie est fragile,

Dès que l’Humain lui fait fausse note.

Son équilibre ne tient qu’à un fil,

Qui tire plus fort sur le fil,

Qui veut monter plus haut,

Qui veut maîtriser cet équilibre,

Le voit tomber, s’écrouler, s’enfouir.

Mais Harmonie ne connaît pas la colère,

La jalousie, la haine, l’orgueil, l’envie, la rancune.

Elle n’est que beautés, sonorités, couleurs, douceurs, saveurs,

Elle ne parle pas d’amour,

Elle parle à nos sens,

Et eux, ils ne mentent pas.

Jehanne Devautour – SimpleSpaceS ©

On est déjà l’année prochaine ?????

Que le temps passe vite!

Je ne me rappelle plus la date de mon dernier article sur ce blog, que j’ai délaissé, je l’avoue.

Mais c’est que depuis tout ce temps, je n’ai pas perdu le mien !

J’ai déménagé, j’ai fait un stage, et voyagé un peu. Tout ceci est « formateur », dans le sens de « ça fait des expériences », bien réelles, et non dans le sens de formater, ah non, c’est pas du tout,mais pas du tout mon truc de rentrer dans des cases, des petits formats, des cadres, des petites boites, …

Et depuis le début du mois, j’ai décidé de travailler mes cours (décoration d’intérieur), et d’envoyer les devoirs et projets professionnels une fois par semaine. C’est que j’ai un sacré retard à rattraper (si on peut rattraper un retard ?).

Alors, je mets sur ce blog, ceux que j’ai réalisé depuis, heu … ?, …, depuis. Pour les voir, mettez délicatement le museau de votre souris sur « C’est quoi ? », et vous verrez afficher « Mon carnet de croquis », cliquez, vous y êtes, entre les pages de mes dessins, et autres gribouillages.

A bientôt !

Previous Older Entries

Pour les autres cas, entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 123 autres abonnés

Droits d’auteurs

Mon blog héberge des oeuvres artistiques, qui sont protégées par des droits d'auteur, des copyright, je dois donc les protéger contre des copies, des utilisations commerciales, des manipulations ou déformations. C'est pour cela que j'ai adhéré à la licence Creative Commons.
J'ai également moi même ma marque déposée: SimpleSpaceS.
Tous textes, photos, vidéos, créations graphiques, plans, que je signe ou qui sont présents sur ce blog sont protégés par le champ d'application de cette marque.

Contrat Creative Commons
Quoi de neuf sur mon Isle de Blog:Jehanne Devautour-SimpleSpaceS est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported.
Vous êtes autorisez à télécharger le contenu, en l'état et en mettant un lien vers ce blog. Les autres autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://creativecommons.org/.